À propos

PourCôa la grenouille ?

Voici l’illustration parfaite du phénomène d’accoutumance conduisant à ne pas réagir  à une situation grave,  la détérioration étant suffisamment lente pour qu’elle passe inaperçue, ni vue, ni connue, j’t’embrouille ! En découvrant cette allégorie, difficile de ne pas y voir le reflet de notre humanité : le réchauffement de la planète, la société de consommation et l’exploitation excessive des ressources naturelles de notre Planète Terre… Et en réduisant encore davantage le focus j’en arrive à voir notre propre reflet, en tant qu’individu. Malgré le fait que chacun vit son expérience de grenouille de manière différente, les thèmes restent invariablement les mêmes (et oui nous ne sommes pas très originaux !).

Je veux parler de : la santé, l’argent, le sexe, le travail, la famille, les amis, le couple, les rapports et comportements humains en général avec le boucher, le voisin, le chien…

Nous laissons nos relations, nos projets, nos rêves se dégrader progressivement, nous perdons notre vigueur et nos élans de vie. Nous laissons les vieilles rancoeurs, les regrets, les peines et les frustrations s’accumuler… nous mettons soigneusement le tapis sur tous les sujets plus ou moins dérangeants, en appliquant la technique de l’autruche. Jusqu’au jour où la situation devient tellement intenable qu’elle implose ou explose. Et cela se transforme en burn-out, divorce, maladies à répétition, arrêts maladie, fatigues chroniques, dépression. Si nous n’apprenons pas de ces expériences, alors nous continuons à nous voiler la face et nous soignons tous ces maux par les médicaments, la bouffe, les drogues, le consumérisme, l’alcool, la violence, un autre homme, une autre femme, une nouvelle voiture, un nouveau portable, un nouveau boulot, une autre région ou un autre pays…n’importe quoi du moment qu’on ne ressente pas ce mal-être qui nous ronge de l’intérieur… Mal-être né de notre engourdissement face à la vie, notre accoutumance nous anesthésie !

 

Et bien moi je dis STOP ! ça suffit ! Réveillons-nous !

La vie ce n’est pas ça ! Et avec ce blog je veux vous montrer que derrière cet écran de la fatalité, qui nous berce d’illusions, il existe un monde où règne les synchronicités, le sens de la vie, la conscience, la bienveillance, l’amour, l’émerveillement, la loi d’attraction, l’accueille de ses émotions, le bien-être, la créativité, la joie de vivre, l’expérimentation, l’ici et maintenant et la possibilité de créer la vie que l’on se choisit !

Je veux vous aider à retrouver votre liberté, en allant chercher votre élan intérieur celui qui vous fera bondir de votre casserole. Jusqu’en 2012 je cuisais dans mon jus…aujourd’hui je suis bel et bien réveillée pour vous entraîner dans cette merveilleuse aventure ! (Si vous voulez connaître mon histoire cliquez ici.)

 

Entendez bien ceci : La vie ne s’improvise pas elle s’apprend ! Car si nous prenons le temps de l’écouter et d’observer les signes, celle-ci nous tend des roseaux ou fait pousser des nénuphars sous nos pattes pour nous faire sortir de la casserole et ainsi nous éviter de finir cuit de chez cuit…dans un seul et unique but nous faire grandir !

 

A nous les grands espaces, les mares et les étangs ! La grande aventure, l’ouverture de tous les possibles… ! Et le tout début du chemin vers soi !

Je crois sincèrement que nous sommes tous reliés les uns aux autres et que de ce fait l’évolution de chacun d’entre nous, EN NOUS et POUR NOUS, contribue à l’évolution de l’humanité entière ! Alors mon vœu le plus cher en créant ce blog, c’est que vous sortiez de votre torpeur grâce à un nénuphar ou un roseau que j’aurai fait pousser ici et là ! Que vous vous y accrochiez, pour prendre le temps  d’écouter votre nature profonde, celle qui ne demande qu’à exister et à trouver sa place ! Vous n’êtes pas seul ! Le monde regorge de mares accueillantes pour grenouilles conscientes !

 

Vous n’êtes donc pas encore complètement cuits !

Alors : A vos marques… Prêts…

Bondissez !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mon parcours

 

Mon chemin ?

  Je le suis depuis ma naissance, bien-sûr ! Mais un gros virage à 180° a eu lieu à l’aube de mes 30 ans… il s’était amorcé 2 ans auparavant : En 2010, une rupture amoureuse, agrémentée d’une orientation professionnelle mal définie, ouvrent une brèche profonde et me remettent en question très violemment…

 Malgré l’effondrement intérieur, je trouve des ressources insoupçonnées, dont une farouche détermination, qui m’aide à me relever et à aller de l’avant… Pendant un an et demi j’ai foncé tête baissée, avec un gros sac à dos rempli de mes peurs, mes doutes, mes regrets, mes échecs, mes émotions…c’était lourd à porter mais je ne m’en rendais pas compte, cela faisait partie de mon monde depuis tellement longtemps ! Ma phrase fétiche à l’époque c’était « Fais avec ! ». Je m’étais résignée à ce que la vie soit dure et compliquée, tout en faisant croire aux autres et à moi-même que tout allait bien…j’en parle dans mon article Utiliser la crise pour trouver sa place.

  Mais pendant ce temps ma bonne étoile veillait au grain… et me menait doucement mais sûrement vers le changement… Et c’est en 2012, qu’une rencontre déterminante vient bousculer mes croyances, ma carte du monde, mes théories sur la vie… tout explose en mille morceaux, un véritable Big Bang… le fameux virage à 180°…qui me sort de ma torpeur et me fait prendre conscience du poids de mon sac à dos…me voilà clouée sur place tellement c’est lourd ! Alors pour m’aider à me délester, j’ai croisé sur mon chemin, des personnes équipées d’outils plus ou moins incongrus : les astres, les chiffres, le vêtement, le corps… et dotées de talents tels que : l’empathie, la bienveillance, l’écoute, la gratitude, et l’amour ! Et j’ai mis du sens sur toutes les expériences que j’avais vécues jusque là, j’ai fait la paix avec le passé, et me suis pardonnée tout ce que je pouvais me reprocher… j’ai entamé le chemin de ma reconquête… je me suis reconnectée à mon corps, mes émotions, mes intuitions… j’y suis allée petit à petit, j’ai fait des prises de conscience, reculé d’un pas et avancé de 3… j’ai identifié mes peurs et appris à les reconnaître, j’ai mis en lumière ce qu’il y a de beau en moi, ce qui fait que je suis unique et j’ai appris à nourrir et entretenir mon estime.

Et maintenant ?

   Me voilà devant vous ! Mon sac à dos ? Je l’ai vidé de tout ce qui m’était inutile… et aujourd’hui je le remplis de ce qui me nourrit et me fait du bien, j’avance avec, c’est lui qui me porte, plus que je ne le supporte ! Car maintenant je partage ce qu’il y a dedans… quand je me sens mal ? Je l’exprime ! Quand je veux dire quelque chose ? Je l’exprime ! Quand j’aime quelque chose ? Je l’exprime… quand je suis en colère ? Je l’exprime ! Quand je suis joyeuse ? Je l’exprime ! Ou en tout cas je fais de mon mieux… Car chaque jour j’en apprends un peu plus sur moi, sur ma façon de communiquer, de partager, de m’écouter, de vivre ! Et ce chemin parcouru m’amène aujourd’hui, à pouvoir vous accompagner dans la traversée de votre changement, pour vous permettre de trouver votre place et de l’affirmer !

   Je ressens un appel profond à vous guider vers l’acceptation de vous-même, en mettant en lumière vos talents, vos dons, vos ressources. C’est en devenant le metteur en scène de votre vie, que vous allez rayonner depuis votre centre et irradier votre lumière, pour votre bien-être et celui de l’Humanité !

 
"Je ressens un appel profond à vous guider vers l’acceptation de vous-même, en mettant en lumière vos talents, vos dons, vos ressources."
 

Découvrez l’allégorie de la grenouille en VIDEO

 

L’allégorie de la grenouille

" Imaginez une casserole remplie d’eau froide, dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la casserole. L’eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager.

La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, mais elle ne s’affole pas pour autant, surtout que la chaleur tend à la fatiguer et à l’engourdir.

L’eau est vraiment chaude, maintenant ?

La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte, elle s’efforce de s’adapter et ne fait rien.

La température de l’eau va ainsi continuer de monter progressivement, sans changement brusque, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite.

Plongée d’un coup dans une casserole à 50°C, la même grenouille donnerait immédiatement un coup de patte salutaire et se retrouverait dehors."

 

Olivier Clerc « La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite… ».

Contactez Moi

Réseaux Sociaux

  • Grey Facebook Icon
  • Grey YouTube Icon

Tous droits Réservés

 - Sophie Marot 2017 -

Website créé par Olivia Sinet

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now